Trop de médicaments!

Comme vous l’avez déjà sûrement remarqué, tout en gardant un œil critique sur la médecine moderne, je prends souvent sa défense.
Ceci par rapport aux nombreuses contre-vérités et aux exagérations portées contre elle. En effet les mensonges ne desservent jamais une cause.

À l’image de cet ours polaire affamé victime du réchauffement climatique, dont la vidéo circule actuellement à grande échelle sur les réseaux sociaux.
Or si les ours polaires de l’Arctique sont effectivement affectés par ce phénomène, ils se portent encore assez bien. Et c’est vraisemblablement un ours malade que l’on voit sur cette vidéo.
Jamais cette manière de berner les gens ne fera avancer une cause. Bien au contraire. Pourtant, le problème reste grave ! 

Mais je vais revenir à la médecine moderne. Même si je prends souvent sa défense, il y a une étude qui est sortie récemment qui confirme malheureusement ce que l’on sait depuis longtemps. Soit l’emploi plus qu’abusif des médicaments pour les personnes du troisième âge et surtout dans les EMS.
Cette étude de l’Université et de l’hôpital universitaire de Bâle est basée sur les chiffres d’Helsana ! Résultats : plus de 9.3 médicaments différents en moyenne sont administrés par jour à un résident en EMS. Et quand même 5.6 par jour pour les personnes de plus de 65 ans vivant à domicile.
On parle bien de médicaments différents, donc le nombre de pilules est encore plus élevé. Et comme dit l’étude, souvent le mélange trop élevé de médicaments donne des effets secondaires indésirables, qui sont traités avec… d’autres médicaments ! Pire, il semble que la quiétapine, substance autorisée par Swissmedic uniquement contre la schizophrénie et les troubles bipolaires, soit distribuée à grande échelle, pourtant considérée comme inadaptée pour les personnes âgées.
En 2016 plus de 79%  des résidents ont été traités au moins une fois avec ce type de médicaments (anti-inflammatoire et contre les troubles du sommeil)
Plus de 40% d’augmentation d’après les chiffres d’Helsana.

7 juniors sur 10 recevraient des médicaments inadaptés en Suisse. Selon une enquête conjointe entre l’émission On en Parle et le magazine Générations, les patients à domicile courent un risque moins élevé que les patients en EMS ou en milieu hospitalier. Il est même dit qu’un octogénaire sur trois qui sort de l’hôpital doit y retourner  dans l’année pour des effets secondaires de médicaments et que 5% d’entre eux y décèdent. La FMH (Fédération des médecins suisses) contactée dans le cadre de cette enquête s’est dite consciente de ce problème. Tout en le minimisant à mon avis. Ou en tous cas en ne prenant pas les mesures URGENTES nécessaires.

On nous dit aussi qu’il serait important de centraliser toutes les données dans une même pharmacie. Ce qui est bien sûr une très bonne idée. Et de dialoguer avec son médecin quand on a un doute sur l’utilité d’un médicament.
Mais c’est justement ces deux points qui sont un grand problème. Par notre expérience avec des proches, on a pu constater que la communication entre tous les services ; médecins, pharmacies, hôpital, centre médicaux sociaux, cliniques de convalescence, est parfois très compliquée. Je ne dis surtout pas qu’il ne se passe rien, mais qu’il y a souvent des couacs.  Quant à communiquer avec son médecin sur sa médication, ce n’est pas toujours facile. Surtout si on ne connait pas un petit peu leur fonctionnement, on est obligé de faire confiance.

En résumé même si certains médicaments sont nécessaires et vitaux, on pourrait dans des bien des cas diminuer leur nombre.  Faut-il vraiment pour vivre prendre un médicament contre le cholestérol, un pour faire baisser notre tension, un pour garder le moral, un pour ne pas être anxieux, un pour diminuer notre taux de glycémie, un pour bien dormir et un autre pour diminuer l’acidité des précédents ?
Et il m’en manque encore deux pour être dans la moyenne de 9 par jour !

Je vous souhaite de joyeuses fêtes et une merveilleuse année 2018. Serge

 

Ps; juste une petite réflexion sur le jeûne intermittent.
J’ai eu pas mal de bon retour. Honnêtement plus pour le bien être que pour la perte de poids. Même si elle semble aussi parfois faire partie des avantages.

Si vous voulez partager sur le blog, faites-le ci dessous avec plaisir. Même si vous avez été déçu. MERCI.

 

One comment to “Trop de médicaments!”
  1. La meilleure médication qui soit, c’est une bonne hygiène de vie : pas de surpoids, un minimum d’exercice physique quotidien et une alimentation saine !
    Merci, Serge, de tenter d’éveiller les consciences !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *