Et si on travaillait ensemble !

Il y a quelques jours sur l’application 20Minutes.ch, un article m’a donné envie de parler d’un sujet qui me tient de plus en plus à cœur.
Je vais essayer de ne froisser aucune susceptibilité, ce qui ne va pas être facile.

Le titre était: La chimio aurait sauvé la vie de Mlle…
Une jeune de 18 ans est décédée de leucémie à l’hôpital, alors que les parents avaient préféré faire un traitement alternatif, plutôt qu’une chimiothérapie. Contre l’avis des médecins qui pourtant donnaient une grande chance de guérison avec cette dernière.

L’article culpabilise les parents alors que l’on ne sait rien des circonstances. Ce traitement avait l’air d’être réputé pour avoir de bons résultats. On est heureusement libres d’accepter et de choisir tout ce que l’on nous propose pour nous soigner. Un bémol quand même quand les parents décident pour leur enfants. (Où mettre la limite d’âge ?)

Mais ce qui m’a le plus choqué c’était les commentaires des personnes en dessous de l’article.
Une fois de plus hélas, c’était un déferlement de haine indescriptible ! Autant de la part des pros chimiothérapie que des détracteurs de la médecine moderne.
J’en discutais avec une amie thérapeute qui me disait à juste titre, que si les deux parties collaboraient plutôt que de se tirer dans les jambes ça serait un grand progrès.

Je pense que ces dernières décennies la médecine était plutôt fermée aux thérapies alternatives. Dénigrant souvent ce qui n’étaient pas conventionnel à son image. Le fossé s’est creusé. La naturopathie au sens large n’avait pas bonne presse. Un patient n’osait pas trop dire qu’il suivait un autre traitement en parallèle.

Mais maintenant on peut dire que la médecine moderne s’ouvre de plus en plus. Comme avec l’emploi de la méditation dans certains hôpitaux. Ou l’utilisation de produits naturels et de conseils prodigués sur le mode de vie pour diminuer les médicaments allopathiques. Même si ce n’est pas une généralité, ça commence vraiment.
J’ai même vu dernièrement une brochure éditée par le CHUV, avec un article très auto-critique d’une quinzaine de pages. Le thème était ; Traiter moins pour mieux soigner.
Et comme introduction : des voix s’élèvent pour lutter contre la surmédicalisation. Des mesures sont prises pour encourager la décroissance en matière de soins. Quitte à renoncer à certaines certitudes.
Journal : IN VIVO N°6 Juillet 2105.

La médecine moderne peut encore progresser et je suis le premier à le reconnaître. Elle reste surtout humaine avec ses défauts et ses qualités.
Et quand même le lobby pharmaceutique qui met main mise sur des produits naturels en les déclarants chasse gardée. Ou qui interdit leur utilisation.
Mais on a aussi et surtout une médecine de pointe et des urgences très performantes qui sauvent beaucoup de vies.

Pourtant on assiste actuellement à une fronde déplacée contre elle. Critiquant tout, remettant tout en cause, ne parlant que d’erreurs médicales, que d’échecs, que de médecins peu scrupuleux, que de l’intérêt financier qui passe avant le bien des patients, que les médecins gagnent tous 10 fois trop (ce qui a été parfois le cas “surtout dans le privé”, mais qui a bien changé), que ce sont les chimiothérapies qui tuent les patients et pas leurs cancers, que les cas de guérison étaient en fait des erreurs de diagnostics, etc.
Force est de constater que ce nouveau message très destructeur, est véhiculé surtout par une toute petite minorité de praticiens de santé, qui proposent plein de traitements « infaillibles » pour soigner toutes les maladies.
On assiste de plus en plus à l’arrivée sur le marché d’une quantité de produits dont je ne mets pas en doute les qualités, mais dont on nous vente les propriétés comme étant beaucoup trop miraculeuses.
Toujours associés à de nombreux témoignages qui ne reflètent qu’une partie de la réalité. Seules les personnes satisfaites vont bien sûr témoigner.

Et si l’on donne souvent des statistiques alarmantes sur les erreurs médicales, on parle très peu des ravages provoqués par certains charlatans. Ni des sommes dépensées par les patients pour des traitements ou pour acheter du rêve en comprimés.
J’ai même vu dernièrement un site qui proposait des boîtes de pilules où était noté en grand, volontairement visible sur l’emballage, “PLACEBO”. Ils prétendaient qu’ils avaient fait des statistiques qui démontraient que c’était aussi efficace à 80% que des vrais médicaments !
C’est inimaginable de dire des choses pareilles ! Eh bien sûr totalement à côté de la logique placebo, qui est quelque chose de noble et de grandement utile. Autant en médecine naturelle que moderne.

En résumé comme vous le savez, je connais le pouvoir des produits naturels que ce soit des plantes ou des nutriments de qualité, utilisés à bon escient.
Et je ne doute pas qu’il existe une grande quantité d’excellents produits que je ne connais pas qui peuvent guérir ou aider des gens.

Mais malheureusement les excès ne desservent jamais une cause !

Pleins de méthodes de toutes sortes ont des résultats stupéfiants. Mais il faut aussi être conscient de leurs limites, ne jamais promettre des choses impossibles et surtout pas en critiquant avec véhémence tout le reste.

Beaucoup de personnes qui mettent en doute la médecine ont fini par se faire opérer quand elles en ont senti l’obligation.
Donc mieux vaut rester humble. J’ai aussi été très critique suite à de mauvaises expériences dans le passé.
Et si je connais personnellement quelques exemples d’échecs médicaux, je suis aussi reconnaissant tous les jours de pouvoir marcher plusieurs heures sans douleur, avec ma prothèse complète du genou. À déjà 55 ans, suite à un vieil accident de football, ce fut un passage obligé.
Sans cela je marcherais actuellement avec deux cannes et serai vraisemblablement à l’Aï.
Une autre personne très proche de moi qui malgré quelques douleurs se porte bien, a eu une grosse opération du dos il y a deux ans. Sans cela elle serait en fauteuil roulant.
Ma maman qui vient à 85 ans de se casser le col du fémur, après un accueil irréprochable aux urgences, s’est fait opérer pendant la nuit avec succès. Tout le personnel fut exemplaire.
On continue sa rééducation plusieurs semaines dans un hôpital adéquat. Ils font tout pour lui rendre son autonomie. Elle est aux petits soins. Sans cela…
Je connais aussi des personnes qui victimes d’un cancer sont décédées malgré des chimiothérapies, mais j’en connais aussi beaucoup qui vivent bien après plusieurs années et même plusieurs décennies.

Il n’existe pas de solution miracle, l’homme reste mortel. C’est aussi ce qui fait la force de la vie. Essayons tous de faire avancer les choses dans le bon sens, en étant unis. Surtout sans critiquer ce que font les autres pour se mettre en valeur.

Le premier défaut de l’être humain !

Serge

 

One comment to “Et si on travaillait ensemble !”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *